Category Archives: Les plumes de l’année

13jan/12

MALDITA (*)

plumedesmotsunehistoire3

plumedesmotsunehistoire3

Voici ma contribution « poussive » au jeu Des mots, une histoire. Les mots récoltés pour l’édition 51 sont : guide – retour – nuit – couleur – dédicace – clé – cinéma – rocher – brouillard – étoile – orthodromie – exceptionnel – cascade – oublier – nacelle – sensualité – résolution – graphe – ivresse – galette – tintamarre – impensable.

L’ensemble des textes : ICI

Plus d’explications sur le jeu .

 

 

 

« Bonjour

Je ne m’étalerai guère sur ma propre personne en ces lignes, je ne serai pas plus prolixe non plus sur les circonstances qui m’amènent à m’adresser à vous. Cela ne fait pas partie du deal. Disons que mon propos doit simplement me rappeler à votre bon souvenir tout en permettant de me faire un peu oublier par l’Autre. Ainsi, Il me laissera tranquille quelques temps. Il est vrai que sans moi, Il ne serait rien, alors que moi, sans lui … Cela serait sans aucun doute une autre histoire…

Souvent désigné comme le malin, on dit de moi que je n’existe pas, certains me disent un ancien ange jaloux de votre Dieu que je me décidai à trahir il y a bien longtemps de cela, d’autres enfin se contentent de me craindre tout en s’en remettant à Lui, le tout puissant. Aucun ne prendrait le risque de me haïr, cela est tout simplement impensable et, ma foi, que leur Créateur les en préserve… Moi, je me vois comme le gardien d’un certain équilibre, un faire-valoir de luxe, le garant de la pérennité d’un système qui aurait tendance à gripper de plus en plus. Par mes actes et mon exceptionnelle efficacité, mes graphes de performance parlent d’eux-mêmes, je permets à l’Être Suprême de tenir à flot son fonds de commerce. « Alléluia », je suis là. Mais, laissez moi me divertir un peu en vous contant une petite histoire…

La vie n’est pas un rêve. Mais, rêver peut être un bon moyen de réaliser sa vie. Matilda en avait toujours été convaincue. L’espoir, plus que de la faire vivre, lui avait inspiré ce que devrait être toute sa vie. Sa vocation, pensait-elle, était de chanter et de jouer la comédie. Pour moi, ce ne furent que des points faibles, des points d’accroche pour mes serres affûtées. Elle rêvait de voir sa petite bobine s’étaler en 4 mètres sur 3 sur les affiches de cinéma et de gala. Joli petit brin de femme, non dénuée de sensualité, elle finit par céder au chant des sirènes de la grande ville. Abandonnant ainsi ses premières illusions innocentes, elle quitta donc définitivement Saint-Antoine-du-Rocher. Je devinai déjà alors une potentielle proie. Une de plus. Il me fallait encore patienter, sa dévotion n’était alors qu’émoussée. Bientôt peut-être, finirait-elle par me quérir.

Le tintamarre permanent qu’allait devenir son existence me servit grandement. De bals populaires où elle s’époumonait aux castings louches où elle ne faisait qu’exciter des convoitises malsaines, elle épuisait son ambition . A chacun de ses appels de détresse, le Ciel restait sourd tout en suscitant de plus en plus mon intérêt. Ses pensées noircirent alors, le bien ne combat jamais le mal, il ne fait que céder la place lorsque la conviction s’envole. La clé venait de s’engager irrémédiablement dans le verrou qui me séparait encore d’elle. Le désespoir total, la crasse humaine et l’ivresse nauséabonde nocturne des bas quartiers où elle s’usait toutes les nuits eurent raison d’elle et de sa foi. D’utile, j’étais devenu inéluctable. De bonne étoile il n’était plus question, Matilda avait perdu tout espoir. Après de nombreux errements et questionnements, elle finit donc par m’invoquer. Innocemment tout d’abord, sous l’influence d’une quelconque drogue ou alcool, je ne me souviens plus mais elle s’enhardit bientôt : l’orthodromie la menant de sa misérable existence jusqu’au sommet de ses rêves les plus insensés était devenue limpide. Elle m’était dès lors totalement dévouée.

Bien tristement, je n’eus guère d’ouvrage. Dorénavant son guide élu, je me contentai de simples suggestions. Par un léger souffle chaud sur les cendres de ses certitudes, je balayais sa conscience créant ainsi le brouillard qui allait définitivement lui dérober son existence. Le ménage ainsi fait, le manège n’eut plus qu’à accélérer, lui donnant le tournis. De mauvais choix en mauvaises fréquentations, d’obscénités en extravagances, la route vers la gloire semblait pouvoir tout traverser. A ses yeux empoussiérés, tout se justifiait désormais. L’ascension ne pouvait être que fulgurante. En fait, bien malgré elle, elle venait d’emprunter le chemin de la perdition. L’exilée à l’ambition retrouvée ne voulait plus une simple part du gâteau, c’est toute la galette qu’elle convoitait et pour ça, tout était permis. Elle deviendrait la plus brillante, la plus désirée. celle que tout le monde allait contempler et adorer. Très vite, elle allait être la personne la plus en vue du moment, tout en devenant une parfaite étrangère pour elle-même et les rares personnes de son entourage proche. Même les médias jusqu’alors très frileux à son style suivaient. Ma petite poussette dans le dos avait eu raison de toutes ses résolutions. Plus aucune barrière ne pouvait la freiner. Tant est si bien que lorsque elle atteignit la limite de la raison, attribut diablement humain, elle n’en eut aucunement conscience. Alcools, hommes et cascades de coke firent en quelques mois les dégâts nécessaires afin que Matilda soit définitivement condamnée. Un soir, secouée par d’infernales hallucinations, elle s’effondra abandonnée par ses forces. Le nez une fois de trop enfariné heurta lourdement le sol luxueusement marbré du plus bel effet. Elle expira une dernière fois, persuadée que la douleur serait moindre juste après. Effectivement, cela fut sa dernière préoccupation de son vivant. Je libérai son coeur que je venais d’enserrer et pris alors enfin le relai.

« Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui ne croira pas sera condamné » disent vos textes sacrés. Votre époque me simplifie dramatiquement la tâche. Ce besoin irrépressible de posséder à l’infini occulte désormais tout le reste. Un jour ou l’autre, vous serez tenté de m’invoquer, découragé par votre quotidien sans saveur ni couleur. Je vous invite à ce moment-là à bien réfléchir car, par une simple dédicace morale ou sanguine, je pourrais alors vous faire monter dans ma diabolique nacelle. Par l’entremise de quelques babioles et subterfuges bien terriens, vous seriez alors ma totale et indiscutable propriété. Puis, tranquillement, sans plus aucun retour possible, et au moment qui me sied le plus, j’intervertirais les lettres de votre Vie vous faisant définitivement trébucher dans mon Antre et tout comme MATILDA, vous deviendriez MALDITA (*).

Votre dévoué S.« 

 

Coincoins patients

(*) maldita = maudite … en espagnol

 

Ce texte n’est pas libre de droits. La photo non plus

 

 

06jan/12

Les plumes de l’année 13 – les mots en M

 

Ceci est ma contribution aux plumes de l’année numéro 13 (avec des mots en M). Mon point de départ à cette histoire inspirée en (petite) partie de la réalité a été un article dernièrement publié ici même.

Voici la liste définitive des 17 mots commençant par M qu’il me fallait placer dans mon texte de samedi matin : matin – mélancolie – mariage – moulin – mausolée – minuscule – marmelade – mauve – mouchoir – mimétisme – miniature – merveilleux – méandre – murmures  – martingale – mélange – misérable.

(A savoir que les verbes donnés à l’infinitif peuvent se conjuguer, qu’un substantif au singulier peut se mettre au pluriel ou vice-versa !)

Edit du 7/01/2012 – 10h30 : ici, les différents textes produits ! BonneS lectureS !

 

 

Espoir

Espoir

 

« No sugar.. no milk… just your smile to make it sweet ! » (*)

(*) "Ni sucre ni lait... juste votre sourire pour le sucrer"

Moi, rougissant, souriant, stupéfait… A mon insu, les mots se sont glissés hors de mes pensées. Elle me rend mon sourire (que je sens pourtant niais) en me tendant mon café. Elle retourne à son occupation d’avant mon apparition, la « san phra phum », maison miniature traditionnelle thaï est désormais presque complètement débarrassée des stigmates de l’orage de cette nuit. Ici, ces petites reproductions fidèles sont le complément indispensable de chaque habitation. Destinée aux offrandes quotidiennes, elles abritent les pra phum (seigneurs des lieux) qui éloignent les mauvais esprits. Elevée du sol par un gros pilier central, celle-ci est particulièrement difficile d’accès. Sur la pointe de ses petits pieds nus, Joei inspecte consciencieusement la maquette. Une à une, les figurines renversées sont redressées. Certaines d’entre elles sont typiques, d’autres ont une origine bien moins proche. Offert par un hypothétique client de ce « guesthouse » (pension familiale), un petit moulin arborant la mention « Kinderdijk » a une de ses ailes mal en point. Par des gestes doux et précis, mon hôtesse la redresse et la refixe à l’aide d’un minuscule bout de ferraille. Satisfaite, elle le replace. Immédiatement, les toiles à petits carreaux bleu et blanc, certainement découpées dans un vieux mouchoir, se tendent et se meuvent. Le mariage improbable de tous ces objets compose une scène qui me rappelle les brocantes que j’affectionne tant. Elle se recule lentement, la tâche semble achevée. Elle me rejoint sur la petit banquette en osier. Cela me tire de ma torpeur et me ramène à la réalité de ma situation embarrassante.

« No sugar.. no milk… just your smile to make it sweet ! ». Comment ai-je pu laisser échapper cette phrase ? Je suis surpris. Je rougis à nouveau et quand elle s’en aperçoit, son sourire (qui ne l’a pas quitté une seule seconde) s’élargit encore. Rassuré de ne pas être perçu trop cavalier, je me réjouis de cette martingale improvisée qui m’a permis au final de libérer mes sentiments enfermés. La mélancolie qui me ligotait l’âme encore ce matin vient de voler en éclat. Désormais, c’est le battement de mon coeur au galop qui rythme le fil de mes pensées. Je détourne doucement mes yeux, je sens qu’ils deviennent trop insistants. Mes mains tremblent légèrement, imperceptiblement, du moins je l’espère. Elle est ravissante, troublante. Imperturbable, ses yeux noirs et profonds cherchent désormais les miens. Ils se rencontrent à nouveau. La légèreté de cette merveilleuse sensation de douceur partagée me berce, me calme. Dans le silence et la fraîcheur du petit matin, nous sommes là, côte à côte, sous le auvent principal de la grande demeure. Malgré les gros nuages annonçant d’autres pluies déferlantes, je suis maintenant encore plus impatient d’en finir avec mon petit déjeuner. En étalant ma marmelade, je révise mentalement le programme de la journée : gravir le pic voisin qui depuis mon arrivée me nargue et visiter les pagodes d’un roi et d’une reine jusque là totalement inconnus pour moi. Je meurs d’envie de lui proposer de m’accompagner. Je sais que c’est une curieuse invitation que celle de proposer de visiter cette sorte de mausolée mais aucune autre idée ne me vient.

Maintenant, je cherche les mots qui vont suivre. Je me fouille. Je lance une traque dans les méandres de ma mémoire. Comment agir ? Le faut-il d’ailleurs ? C’est la confusion totale.Tout se mélange. Je suis là, au bout du monde, en pleine nature, à quelques kilomètres à peine du plus haut sommet de la Thaïlande, le Doi Inthanon. Le parc national environnant recouvre toute la montagne. Les murmures de cette impressionnante forêt se font plus présents, comme encouragés par la clarté naissante. La surenchère des couleurs de l’envahissante végétation efface peu à peu le ton mauve de l’aube. S’emmitouflant dans une légère brume, tel un mirage, la nature, insatiable, reprend sa vie. Cette scène improbable pour un occidental comme moi ôte toute vraisemblance à cette jungle.

Tantôt considéré comme un intermittent de l’amour, tantôt comme un soliste épanoui, là encore, je ne sais plus sur quel pied danser. Bientôt, il me faudra retourner d’où je viens, me ramenant ainsi à ma misérable solitude. Plus que quelques jours et il me faudra rentrer chez moi, loin d’ici, rejoindre mon minuscule 30 m2. Dans un mimétisme parfait, je partagerai à nouveau ce quotidien fade et aliénant de mes semblables urbains de la grande métropole. Peur du vide ? Révolte de mon inconscient jusqu’à alors muet ? Mon être passe en pilote automatique. L’air emplit de nouveau mes poumons. Mécanique, ma respiration me redonne un semblant d’allant. A nouveau, les mots jaillissent par surprise mais cette fois, mon sourire s’est évanoui. Le tambour qui remplace mon coeur cogne si fort que je ne m’entends pas. Ma bouche cesse d’articuler. Je crois que j’ai fini de parler. J’attends. Le temps est suspendu dans une seconde à l’allure éternelle. Elle ne m’a pas quitté des yeux. Sans hésitation, elle me répond. Le reste n’a plus d’importance.

Elle accepte.

 

Coincoins que j’M

 
 

Ce texte n’est pas libre de droits. La photo non plus