Tag Archives: canardito

20mar/12

Quand il n’est pas là

KATZ

KATZ (une de ses BD préférées)

 

La sonnerie du réveil (oiseaux dans la forêt) piaille joyeusement pour la troisième fois en moins de vingt minutes. Quand il n’est pas là, rien ne presse vraiment. Pas de timing à respecter pour être sûr de ne pas être en retard avant la sonnerie (une autre) du début de journée du collège. Alors, je repousse encore de 10 minutes l’heure du lever. Rien ne presse.

Quand finalement je parviens à me lever, je lève les stores afin de laisser entrer les rayons du soleil (si si on en a ces jours-ci…même ici) dans la chambre. Un petit coup d’oeil sur le jardin à peine éveillé, je respire l’air frais. Quand il n’est pas là, c’est moi qui lève les stores dans sa chambre également. Alors, j’y vais. Tiens, il a laissé sur son lit un ancien numéro du journal de Spirou. Je commence à le feuilleter distraitement en pensant à lui en train de bouquiner dans ses endroits à lui de la maison (chambre, jardin, salon, toilettes…). Toujours aussi concentré et animé, qu’il s’agisse de romans ou de BD, les livres entre ses mains sont en lieu sûr et motivé.

Quand enfin je décide de lever le nez de la revue de BD, le temps a bien vite passé. Le café est tout froid, j’ai la marque de la main sur laquelle j’appuyais le côté gauche de mon visage. Quand il n’est pas là, souvent je me surprends à errer. Mais là vraiment, il est plus que temps d’y aller. Les collègues vont encore se moquer.

Tiens, dès son retour, vendredi soir après le bahut, quand il sera enfin là pour une nouvelle semaine ensemble, il sera urgent de le faire. Oui vraiment… Il sera urgent de prendre notre temps au moins durant les deux jours du weekend (sacré) puis de laisser dérouler le reste de la semaine au rythme de ses jours d’écolier. Cours, activités, escrime, rugby, dur dur, de se trouver du temps à partager.

Mais, bon, après tout, rien ne presse sinon de profiter.

 

Même quand il n’est pas là,

c’est fou comme il est en moi,

c’est fou comme il me manque.

 

 

Coincoins partagés

La douceur en couleurs

Couleurs en douceur
« Soyez à vous-mêmes votre propre refuge. Soyez à vous-mêmes votre propre lumière.  »
Bouddha

L’herbe a blanchi cette nuit. Cette prise d’âge anticipée ne saurait durer trop longtemps, le ciel se teint déjà de bleu. Les nuages lointains s’aplatissent comme pour laisser la douce luminosité d’un dimanche en hiver. Le thermomètre restera peut-être bleu de froid tout le reste de la journée mais qu’importe, aujourd’hui, l’horloge de la Mare est sur « off ».

Gros câlins fous rires plaquages rugby dans l’antre colorée du Canardito, la découverte-lecture d’un mail tout doux, lu-dévoré-, les notes d’un « tango revanchard » finalement pas si dent dure que cela 😉 … Et si le temps s’était vraiment arrêté, suspendu dans la fontaine de couleurs qui arrose la Mare ce matin ? Vas-y Antonio…suspend-nous !

 

 

La malice de la Vie nous fait passer d’une teinte à l’autre, au hasard de son nuancier. De but en blanc, avoir une colère noire, sortir enfin du rouge, ne plus être chocolat, être fleur bleue pour voir enfin un peu la vie en rose, pour finir par se mettre au vert… Quel peintre, aussi talentueux soit-il, pourrait suivre ce rythme effréné ?

 

Dimanche sourires tout doux à toutes et à tous

Coincoins arc en ciel…

 

ps : envie d’un « petit » conte pimenté à la teinte noire maléfique ? Nagez jusque « MALDITA » (catégorie « plume du Canard ») et découvrez l’histoire « à la queue pointue » de l’ambitieuse MATILDA

 

 

 

 

Ce texte n’est pas libre de droits. La photo non plus