Tag Archives: double urgence

04oct/12

Double urgence

Désir d'histoires

 

Désir d’histoires no 76 et ses mots imposés :

huppe – finasser – univers – flammèches – enquiquiner – saturation – évidence – époustouflant – attente – rituel – collection – hôpital – qui – nouveauté – mollusque – fabuleux – retraite – tordre – chicaner – blanc – portière

Les autres textes, ICI.

Avertissement : Ce récit est une pure fiction. Par conséquent, toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Les épisodes précédents sont réunis dans une seule et même page, ici, Work in progress (Écriture en cours).

Les instants apaisants partagés au côté de la belle cubaine sont de courte durée. Les délais ainsi que la patience de l’entourage se reserrent.

L’ultimatum donné la veille(*) a fonctionné à merveille : après avoir passé deux heures auprès de  Rocio, j’ai pu accéder en fin de journée à la salle des transmissions (c’est ainsi qu’il la dénomme) afin de m’assurer que tout se déroulait comme je l’avais planifié. Ils n’avaient pas toujours trouvé le moyen de passer les différentes protections de mon système informatique. Assurément, ils faisaient leur possible afin de me pister à chacune de mes connexions mais les brouilleurs que j’avais activés les tenaient à distance en fonctionnant à merveille. Je fus autoriser à rejoindre Rocio pour le reste de la nuit. Celle-ci fut courte. Je ne pris pas le temps de finasser avec mes « protecteurs ». L’état de la main de Rocio s’étaient encore dégradée, celle-ci souffrait le martyr. Il était devenu urgent que de véritables soins lui soient prodigués, et bien que ma demande de la faire prendre en charge par un hôpital enquiquina au plus haut point, je parvins tout de même à trouver une oreille attentive. Le point de saturation à partir duquel la moindre flammèche agaçante de mes requêtes ferait exploser de colère mon interlocuteur belge était tout proche. Huppe sur la tête et le visage marqué par le profond sommeil duquel on avait dû le tirer lorsque je me permis de donner l’alerte en pleine nuit, monsieur Yole m’avait tout d’abord accueilli avec un air ahuri, à peine plus réactif qu’un mollusque à qui on aurait ôté par surprise sa coquille. Une fois sorti de l’univers des songes, il ne tarda pas à reprendre les rênes de la discussion en me rappelant qu’il était également en attente de choses bien précises de ma part. Malgré cette remarque, j’entrepris de lui expliquer la situation plus qu’inquiétante. Je parvins à lui faire comprendre que l’urgence était devenue une évidence. La fièvre de la belle cubaine avait fini par lui faire perdre connaissance, s’effondrant dans mes bras, terrassée par une impressionnante série de convulsions. Ne parvenant pas à la réveiller et ne trouvant qu’un pouls étrangement atone, je m’étais résolu à invoquer une nouvelle fois l’ultimatum(*) auprès du garde qui se tenait devant la porte de la chambre où nous avions été confinés. Étonnamment, il ne fit pas de manière et lassé, il donna les ordres adéquats..

Moins d’une demi-heure plus tard, la portière arrière blanche de l’ambulance à peine refermée, je me trouvais de nouveau face à monsieur Yole qui entamait avec une placidité toute nouvelle son petit déjeuner. Entre nous, une étonnante collection de confitures nous séparait. Son doigt passa de d’un couvercle à l’autre, il marmonnait entre ses dents ce qui s’apparentait à une comptine enfantine. Tout à son rituel d’un autre âge, il ne perçut même pas les attitudes blasées de ses hommes de main. Un d’eux alla jusqu’à hausser légèrement les épaules en dodelinant de façon presque imperceptible ses épaules. Finalement, mon lunatique hôte se décida à m’adresser la parole, s’exprimant très distinctement, détachant chaque syllabe dans un discours sans le moindre accent wallon :

« J’ai reçu des instructions. Il y a quelques nouveautés dont je dois vous faire part. Votre retraite en ce lieu doit rapidement trouver son terme monsieur Ribera. Vous devez tordre le cou à vos réticences et inquiétudes. Nous savons, et nous, et vous, que des intérêts fabuleux sont en jeu. Plus le temps passe, plus nous laissons de temps à l’adversaire pour se relever et remonter notre filière. Cessons de chicaner et parlons très clairement. Votre prix sera le nôtre, mais, il me semble, que cela, vous l’aviez déjà compris. Votre dangereuse amourette avec notre ennemie nous importe au final que très peu, à ceci près, qu’elle ralentit la reprise de notre collaboration. Aussi, entendons-nous bien sur ce point, tout doit être réglé dans les heures qui viennent. Faites en sorte de rapatrier tous les fonds dispersés en les répartissant équitablement sur les comptes dont en voici la liste. Nous fermerons les yeux sur les quelques miettes que vous avez certainement déjà collectées. Bien malin serait celui qui parviendrait à remettre la main dessus, n’est-ce pas ? Considérons que c’est le gage de notre sérieux et de notre motivation à poursuivre l’aventure avec vous…»

À la fin de sa phrase, il engouffra une moitié de la tartine qu’il venait de se confectionner tout en me parlant. Sa proposition était époustouflante. En quelques mots, il venait de me céder plusieurs millions de dollars. Moi-même, je n’en tenais pas le décompte exact mais le montant total de mes petites manipulations était certainement conséquent. Imperturbable, il engloutit le reste de la tranche de pain, l’air satisfait, laissant entrevoir le magma écumant de sa bouche. Je parcourus rapidement la dizaine de références internationales bancaires qui évoquaient pour la plupart des destinations lointaines aux noms magiques. L’espoir revint.

Bientôt, si je me débrouillais bien, Rocio et moi serions sur une plage d’un de ces endroits exotiques…

 

Coincoins à l’horizon

 

Voir épisode précédent : « L’improbable union »

 

 

 La suite, ici : « Le reflet brisé »

Ce texte n’est pas libre de droits.

:-)